Télécharger l'homélie ici : homéliepdf 6ème dim. Pâques A

Télécharger la prière universelle ici : pdfPU 6ème dim. Pâques A

Dans la page d’Evangile choisie par l’Eglise pour ce 6ème dimanche, ce qui peut retenir notre attention c’est, qu’en dehors du Père du Fils et de l’Esprit, il y a le « vous » des disciples. Ce mot « vous » est présent 8 fois dans ce court extrait. Celui qui écrit l’Evangile de Jean positionne clairement Dieu comme celui qui est en relation avec nous. Dieu fait de l’homme son interlocuteur, l’homme dans sa liberté et son désir de vivre.

 

 
Jésus annonce son départ.... Il est déjà parti d’une certaine façon…. Et il fait cette invitation à rester fidèles à ses commandements…c'est-à-dire à vivre tous les jours comme lui-même a vécu. « Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés ». C’est ce qu’il dit à ses disciples quelques lignes plus haut dans l’Evangile de Jean. Une parole de Dieu que l’Eglise proposait à notre méditation il y a deux jours. Comment vivre en vérité cette exigence en chrétien ? Comment devenir de plus en plus chrétien, c’est-à-dire disciple et missionnaire, comme Philippe qui est parti en Samarie après la lapidation d’Etienne ?
Jésus nous présente le lien qui unit Père, Fils et le Défenseur, l’Esprit de Vérité. Ce mot de Défenseur figure dans la nouvelle traduction liturgique à la place du mot Paraclet, qui est une transcription du grec. Le Catéchisme de l’Église catholique rappelle que le rôle principal de l’Esprit Paraclet, l’Esprit Défenseur, c’est d’aider les disciples de Jésus à être ce qu’ils sont par grâce, de vrais fils ou de vraies filles de Dieu. Ce rôle, l’Esprit l’exerce particulièrement dans la prière où, comme dit saint Paul, « il vient au secours de notre faiblesse car nous ne savons pas prier comme il faut ». Le Catéchisme de l’Église catholique le dit autrement : « L’Esprit Saint, artisan des œuvres de Dieu, est le Maître de la prière ».
Ce rôle de l’Esprit Saint peut mieux se comprendre lorsqu’on utilise l’image du « Défenseur ». Si vous jouez au foot ou si vous y intéressez, vous savez que le rôle de la défense est de protéger le gardien de but. Sa tâche n’est pas de faire écran mais de se synchroniser efficacement avec le gardien de but pour que celui-ci puisse faire face aux mouvements de l’équipe opposée qui veut placer le ballon dans la cage. C’est ce que fait l’Esprit Saint en nous : il nous « synchronise » avec la volonté de Dieu pour que nous repoussions les assauts de l’Adversaire, toujours présent dans nos vies.
Et ce Défenseur est toujours avec les disciples comme en témoignent les deux lectures : Les premiers chrétiens vivaient l’expérience de cette aide de l’Esprit dans leurs vies et dans leurs communautés.
Dans la première lecture tirée du livre des Actes des Apôtres, il est dit : « Alors Pierre et Jean leur imposèrent les mains, et ils reçurent l’Esprit Saint ». Ce geste d’invocation de l’Esprit est demeuré présent dans les sacrements lors des ordinations au diaconat, au presbytérat et à l’épiscopat. On l’a redécouvert aussi dans le peuple chrétien. Ce geste de l'imposition des mains se veut une imploration de l’aide du « Défenseur » sur telle ou telle personne ou dans telles ou telles circonstances ou pour telle communauté. Ce qui est important, plus que le geste en lui-même, c’est la prière de demande de l’aide de l’Esprit. On est en plein dans ce que Jésus désire lorsqu’il nous promet une aide pour nous soutenir et nous défendre en toute occasion, une aide qui vient à notre secours, où que nous en soyons de notre vie avec son lot de maladresses et de péchés, car le « Défenseur » ou « Paraclet » est l’Esprit de Dieu, l'Amour de ce Dieu qui se préoccupe de nous, qui porte toujours un regard aimant sur chacun de nous.
Dans la seconde lecture, on voit un autre résultat de l’action du « Défenseur » ou du « Paraclet », car comme le dit l’auteur de la première Lettre de Pierre : « Mieux vaudrait souffrir en faisant le bien, si c’était la volonté de Dieu, plutôt qu’en faisant le mal. » C’est l’Esprit Saint qui nous donne la force d’accomplir la volonté de Dieu en faisant le bien et qui nous donne de rendre raison de l’espérance qui est en nous.
Combien de milliers, de dizaines de milliers, de disciples de Jésus ont, au risque de leur vie, choisi d’aller jusqu’au bout dans leur choix d’être fidèles à la volonté de Dieu. Pensons à toutes ces personnes qui dans de nombreux pays résistent contre la menace que fait peser sur eux leur foi, qui demeurent fidèles à cette foi, quels que soient les risques et les menaces sur elles ou autour d‘elles.
Les défis ne sont pas toujours aussi extrêmes, mais ils sont le lot de notre vie chrétienne, car des défis semblables se présentent aussi dans nos sociétés sécularisées. Nous savons bien qu’il n’est pas toujours évident de s’affirmer chrétien dans notre pays. C’est dans le quotidien de nos vies que s’inscrit la recherche de la volonté de Dieu. Une recherche qui se laisse modeler par l’action de l’Esprit Saint. Et nous pouvons compter sur ce « Défenseur », sur ce « Paraclet » pour continuer à vivre dans la fidélité à notre foi, pour ne pas laisser l’Adversaire marquer des buts ! N’ayons pas peur de l’invoquer, de le prier, nous qui avons été baptisés dans la mort et la résurrection du Christ.