173C

Homélie à télécharger ici : pdfhomélie jour de Pâques
À chaque célébration eucharistique, après la consécration, celui qui préside proclame : « Il est grand le mystère de la foi ». L’assemblée répond : « Nous proclamons ta mort, Seigneur Jésus, nous célébrons ta résurrection, nous attendons ta venue dans la gloire ».
Cette réponse de l’assemblée situe la résurrection de Jésus dans l’ensemble de ce qu’on nomme « le mystère du Salut ». Elle en est le cœur, mais elle ne peut être isolée de la passion et du retour du Christ en gloire. La résurrection n’est pas un prodige fantastique.

Elle est l’élément essentiel de notre foi en l’amour de Dieu qui se donne au monde dans son Fils Jésus. Elle nous invite comme le dit saint Paul à « recherchez les réalités d’en haut ». C’est ce que les premiers témoins que sont Marie-Madeleine, Pierre et Jean ont été amenés à faire à la suite de leur découverte du tombeau vide.
D’abord Marie-Madeleine. Elle n’oublie pas Jésus et vient avec cœur lui rendre les derniers hommages qui sont de nettoyer son corps, de le purifier et de le remettre en place. Or surprise ! Elle ne trouve pas le corps dans le tombeau où on l’avait mis. Elle n’en croit pas ses yeux et va prévenir Pierre.
Celui-ci avec l’autre disciple, probablement Jean, se rend au tombeau. Celui-ci, plus jeune, donc qui court plus vite, arrive avant lui. Il attend Pierre qui, lui, regarde à l’intérieur. Il aperçoit les linges posés à plat, le suaire (le linge qui avait entouré la tête de Jésus) roulé à part. Sous le choc, il laisse entrer l’autre disciple. Là se produit un événement que l’évangéliste résume en deux mots
qui sont la clé pour méditer ce mystère de la résurrection de Jésus :« Il vit, et il crut ».

Pourquoi le disciple croit-il? Est-ce que le tombeau vide est suffisant pour poser cet acte de foi ? Probablement pas. La résurrection de Jésus ne se démontre pas par des preuves tangibles. Le tombeau vide n’est pas une preuve absolue. Il est un signe. Il n’est pas la raison de l’acte de foi du disciple. S’il croit à la résurrection de Jésus mort sur la croix deux jours plus tôt, c’est qu’il comprend en cet instant que le plan de salut de Dieu, révélé dans les Écritures, trouve son accomplissement dans la résurrection de son Fils qu’il relève du tombeau et qui, ainsi, continue d’être toujours vivant.
C’est pourquoi, nous le redisons à chaque messe: « Nous proclamons ta mort, nous célébrons ta résurrection et nous attendons ta venue dans la gloire ».

« Il vit et il crut ». En ce Dimanche de Pâques nous sommes invités à aller au tombeau nous aussi. Mais notre imagination sera impuissante à nous montrer Jésus ressuscité. La seule voie possible, c’est celle de la foi. Une foi qui n’est pas une fuite en avant ou une représentation ésotérique. C’est une foi qui s’appuie sur la Parole de Dieu : Dieu nous donne son Fils qui s’abaisse jusqu’à mourir sur la croix. Et cela le conduit à l’exaltation de la résurrection qui fait toutes choses nouvelles.
« Si le Christ n’est pas ressuscité, ma foi est vaine » écrit St Paul aux Corinthiens. La résurrection de Jésus ouvre toute grande la porte des réalités d’en haut à nous qui sommes devenus ses frères et sœurs par le baptême. Ces réalités d’en haut dont nous parle Paul dans la lettre aux Colossiens. En ce jour de Pâques, demandons au Seigneur de sortir de nos tombeaux de toutes sortes. C’est un jour de joie, c’est un jour de libération !
« La résurrection du Christ, écrit le pape François dans La joie de l’Évangile, produit partout les germes de ce monde nouveau; et même s’ils venaient à être taillés, ils poussent de nouveau, car la résurrection du Seigneur a déjà pénétré la trame cachée de cette histoire, car Jésus n’est pas ressuscité pour rien. Ne restons pas en marge de ce chemin de l’espérance vivante! » (Evangelii Gaudium, 278)
Les chrétiens d’Orient se saluent en ce jour de Pâques en disant : « Christos anesti. Alithos anesti! » « Christ est ressuscité. Il est vraiment ressuscité ». Que cette salutation, en cette période de pandémie du coronavirus, soutienne notre espoir d'en sortir victorieux et fortifie notre Espérance : Oui, le Christ est ressuscité et nous attendons sa venue dans la gloire !