Notre pere 01 FrancePour les chrétiens, l'année liturgique commence 4 dimanches avant Noël. C’est le temps de l’Avent, le temps de l’attente. En France, à partir du 3 décembre, 1er dimanche de l'Avent, nous utiliserons une version modifiée de la prière du NOTRE PÈRE. Les protestants français adoptent également la nouvelle traduction. Des pays francophones l'ont déjà fait.
Nous ne dirons plus : « ne nous soumets pas à la tentation » mais « ne nous laisse pas entrer en tentation ».


Cette prière se trouve dans les évangiles écrits en grec et hébreux anciens puis traduits en latin. Au concile Vatican II, les évêques décident que la liturgie sera célébrée dans la langue d'usage. Les textes ont été traduits et tous les chrétiens francophones s’accordent sur un texte commun du NOTRE PÈRE. La nouvelle traduction de la Bible, récemment achevée, a été l’occasion de revoir la traduction du NOTRE PÈRE car, le sens des mots évoluant avec le temps, l’expression « ne nous soumets pas à la tentation » semble indiquer que Dieu nous tenterait volontairement. Dieu serait donc un peu sadique et dresserait des obstacles devant nous par plaisir de nous voir chuter ! Caricature incompatible avec la façon dont Dieu se révèle dans l’Histoire Sainte et en particulier à travers son fils Jésus. Alors que signifie cette demande ? Nous sommes invités à prier Dieu pour qu’il nous assiste dans les épreuves, nous aide à ne pas être tentés par nos propres désirs. Comme le Christ qui a été tenté lui aussi et a su résister à Satan, nous pouvons vivre des épreuves. Prions pour que, dans ces épreuves, notre foi se fortifie : le NOTRE PÈRE nous invite à choisir la voie étroite qui mène à Dieu dans la confiance, à demander à Dieu la force de lui rester fidèle. Les évêques ont décidé de cette modification du texte du NOTRE PÈRE pour les célébrations liturgiques. Ils sont les garants de la foi chrétienne. Aussi nous pouvons dire sereinement et en vérité : « Ne nous laisse pas entrer en tentation.»